Virbac France

Les chiens sourds sont plus proches de leurs maîtres !

2018/05/18

La surdité est une anomalie fréquente chez le chien et plus particulièrement dans certaines races, avec jusqu’à 20% des individus touchés. Si ce handicap auditif peut faire peur, il a été prouvé qu’il avait une répercussion plutôt favorable sur les interactions sociales des chiens avec leurs maîtres.

La surdité est définie comme la diminution ou la perte de l’ouïe, le sens par lequel les sons sont perçus. La fonction auditive se met en place dès l’âge de 12 à 14 jours chez le chiot.

L’appareil auditif est organisé en trois parties dont l’atteinte peut être à l’origine de surdité. Celle-ci peut être héréditaire ou acquise et apparaître à la naissance (surdité congénitale) ou plus tard. Elle peut toucher une seule oreille (surdité unilatérale) ou les deux (surdité bilatérale).

L’anomalie congénitale est la forme de surdité la plus fréquente chez le chien. Près de 70 races y sont prédisposées dont certaines très fortement et notamment des chiens à robe blanche comme le bull terrier, le Jack russel ou le dalmatien, plus d’un individu sur quatre étant atteint de surdité aux Etats-Unis.

Les causes de cette prévalence élevée reposent sur les modalités de sélection des races canines avec souvent l’utilisation importante d’un étalon qui possède des caractéristiques morphologiques intéressantes par rapport au standard mais peut aussi être porteur d’une tare génétique qu’il diffuse dans la population.

L’impact comportemental de la surdité reste peu connu et des études sont conduites régulièrement pour mieux l’appréhender. Ces animaux « déficients » sont en effet souvent accusés d’être plus agressifs, sans raison car ces chiens semblent plutôt très bien compenser leur handicap.

Une publication* s’est intéressée à la relation que les chiens sourds entretiennent avec leurs maîtres. Elle a montré que le déficit d’audition, tout comme le déficit visuel, modifiait chez le chien ses interactions sociales. Les autres chiens notamment ne comprennent pas toujours ce qui ne va pas avec ces animaux, ce qui peut être à l’origine de problèmes.

Ces chiens n’ont pas accès aux stimuli de socialisation auditifs en raison de leur handicap. Les auteurs ont montré que cela les rendait plus attentifs aux humains et qu’ils en attendaient davantage de signaux que des chiens normaux. Ils sont aussi plus susceptibles de se caler sur les choix de leur maître.

En résumé, ils font plus attention au modèle humain que les chiens entendants. D’autres études ont également montré un plus fort attachement de ces chiens à leur propriétaire.

* Etude « Change in social interactions with sensory stimuli loss : hearing & vision impaired dogs », présentée par Valeri Farmer-Dougan, Illinois State University, lors du Canine Science Conference 2017, le 7 octobre 2017, à Tempe (Arizona).