Virbac France

MALADIES

Score 5 (1 Votes)

Mon chat souffre de problèmes respiratoires : comment réagir ?

Les chats sont très sensibles aux affections respiratoires. Des éternuements à répétition ou une difficulté à respirer sont des signes à prendre au sérieux.

Rhinite 

Les rhinites sont fréquentes et entraînent généralement des éternuements et des écoulements au niveau des yeux et/ou des narines. Elles sont parfois bénignes et ne nécessitent pas toujours une visite vétérinaire. Toutefois, il devient nécessaire de consulter un vétérinaire si votre chat arrête de manger, si les yeux deviennent rouges ou encore si les écoulements deviennent purulents ou teintés de sang.

Coryza 

Le coryza est un syndrome qui regroupe des signes respiratoires comme des écoulements au niveau des yeux et du nez, des éternuements, de la toux, des difficultés à respirer, de la fièvre, un abattement ou encore une difficulté à manger. Le coryza est dû à une association de virus et de bactéries. Parmi les virus, on citera le calicivirus et l'herpèsvirus. Un vaccin contre ces 2 virus existe ! Il est fortement recommandé de vacciner votre chat tous les ans contre le coryza. Qu’il aille dehors ou non, votre chat peut attraoer cette maladie car le virus se transporte très bien sur les vêtements et chaussures. Le vaccin est donc essentiel. 
Si votre chat présente des signes de coryza, il faudra consulter un vétérinaire qui mettra en place le traitement adéquat. Votre chat a de grandes chances de guérir, mais le traitement peut être long. 
Cette maladie peut devenir préoccupante chez des chatons de faible poids et fragiles.

Asthme félin 

Comme l’Homme, le chat peut souffrir d’asthme. Mais chez les chats, cette maladie est surtout d’origine allergique. Il s’agit d’une bronchite avec une inflammation des voies respiratoires et une hypersécrétion de mucus. Tous les chats peuvent être touchés mais il semble que les chats de race Siamois soient plus sensibles. Il faut s’inquiéter dès que votre chat a du mal à respirer : la respiration devient bruyante et parfois, le chat est obligé d’ouvrir la bouche pour respirer. La respiration est rapide et très forte et entraîne des mouvements anormaux de l’abdomen. Une consultation vétérinaire doit avoir lieu sans tarder. 

Pneumonies et œdème du poumon 

Ce sont des cas d’urgence ! Le chat a de grande difficulté à respirer : il respire la bouche ouverte, en position du sphinx ou debout. La respiration est tellement forte qu’elle entraîne des mouvements anormaux de l’abdomen. Parfois, la langue devient bleue ou de la mousse blanche sort par le nez ou la bouche. 

Pour prévenir les problèmes respiratoires chez votre chat, pensez avant tout à bien le faire vacciner tous les ans ! 

Voter: 5 4 3 2 1

FAQ
  • Pourquoi vacciner les chiots ou les chatons ?
    Durant les premières semaines de sa vie, le chiot ou le chaton est protégé par des anticorps transmis par sa mère via le colostrum (lait des premières heures de tétée).
    Ces défenses immunitaires maternelles s’épuisent avec le temps. Il faudra alors procéder à la vaccination pour éviter les maladies infectieuses. La primo-vaccination des chiots et des chatons va permettre la protection mais celle-ci ne persiste pas toute la vie. Ce n’est qu’en effectuant des rappels réguliers que l’on induit une protection immunitaire durable.
  • Pourquoi vacciner un animal alors qu’il est déjà en bonne santé ?

    La vaccination a pour objectif d’éviter la déclaration de maladies et donc de maintenir un individu en bonne santé. C’est donc parce que le chien ou le chat est en bonne santé qu’il faut le vacciner. Ainsi protéger contre les maladies infectieuses graves par la vaccination, c’est s’assurer que l’animal reste en pleine forme. 

  • Que se passe-t-il pendant la consultation vaccinale ?

    La consultation vaccinale est un rendez-vous important avec le vétérinaire. C’est un véritable bilan de santé. Elle a pour objectif premier de vacciner le chien ou le chat pour le protéger contre les maladies infectieuses. La vaccination sur un animal jamais vacciné auparavant va demander plusieurs injections à plusieurs semaines d’intervalle. Le nombre d’injections et l’intervalle entre celles-ci seront déterminés par le vétérinaire.

    La consultation vaccinale est aussi un moment d’échange entre le vétérinaire, l’animal et le propriétaire. Le vétérinaire va pouvoir examiner le chien ou le chat pour déceler tout problème. Il pourra aborder l'alimentation, le comportement, le suivi des problèmes de santé chroniques, les antiparasitaires, etc…

    Sur un chiot ou un chaton, chaque consultation vaccinale est l’occasion de faire un bilan sur la croissance, l’éducation, la nourriture, le comportement. Sur un animal qui prend de l’âge, la consultation vaccinale peut être l’occasion de faire un bilan sanguin.