Virbac France

Maladies

Score 0 (0 Votes)

La stratégie antiparasitaire raisonnée en élevage bovin

Menace parasitaire en élevage

Face à la menace parasitaire qui peut peser sur tous les types d’élevages bovins, il est important d’adopter une véritable stratégie adaptée à sa propre réalité. Diagnostic individuel de troupeaux, gestion du parcellaire… autant de paramètres clefs pour y arriver !

Les pertes impactent l’équilibre sanitaire et financier de l’élevage

Ne pas traiter un troupeau exposé comporte des risques sanitaires et peut avoir un impact financier non négligeable en altérant la productivité animale : diminution du gain moyen quotidien, altération du colostrum, diminution de la quantité et de la qualité de la production laitière, diminution de l’immunité d’où une moindre efficacité des vaccinations. Par exemple, en Belgique, en élevage laitier le parasitisme gastro-intestinal peut occasionner des pertes estimées en moyenne à 50 € par vache (10 € par vache pour la grande douve du foie)1.

Des traitements systématiques pas toujours anodins

En matière de gestion du parasitisme, la stratégie systématique engendre un coût qui impacte l’ensemble des frais vétérinaires de l’élevage. Si les frais vétérinaires représentent en moyenne 19 % des charges opérationnelles d’un atelier bovin viande, le poste « antiparasitaire » représente jusqu’à 20 % de ces frais2… De plus, dans le cas de la strongylose, le traitement systématique peut limiter l’installation de l’immunité spontanée chez les jeunes bovins.

Adopter une approche globale et une utilisation raisonnée des antiparasitaires

Des stratégies plus ciblées ou au cas par cas peuvent permettre de réduire à la fois les frais tout en limitant l'apparition de maladies parasitaires sur les génisses ou les reproductrices.

Une stratégie antiparasitaire globale passe à la fois :

  • par une gestion des pâtures par une rotation rapide et raisonnée, la constitution de lots et catégories distinctes d’animaux, un assèchement des zones humides, une limitation du chargement global ;
  • des traitements antiparasitaires réfléchis s’appuyant entre autres sur les résultats de coproscopies. 

Pour l’établissement d’un plan de gestion adapté à votre élevage, votre vétérinaire est votre meilleur conseiller. 

1  www.natagrival.be
2 Enquête annuelle 2010 des réseaux d’élevage

Voter: 5 4 3 2 1

Outil d'administration pour bovins

Gestion du parasitisme sac Farmpack

En savoir plus