Virbac France

Maladies

Score 4,7 (3 Votes)

Surpoids chez les chiens et les chats : conseils pratiques pour une bonne alimentation

Facteurs de risque du surpoids

Vie en ville, sédentarité, stérilisation, mauvaises pratiques alimentaires… les facteurs de risque du surpoids  pour nos animaux de compagnie sont (presque) les mêmes que ceux de leurs maîtres et ce phénomène est de plus en plus marqué chez nos chats et nos chiens. L’alimentation est, logiquement, le premier levier d’action pour lutter contre ce problème. 

Souvent d'origine nutritionnel chez le chien et le chat, l’obésité est un problème croissant chez nos animaux de compagnie. On confond souvent surpoids et obésité. La frontière est quantitative : si un animal dépasse de 15 à 20 % son poids idéal, on estime qu’il est en surpoids et au-delà, qu’il est obèse. Le terme obésité est également utilisé quand le surpoids génère des conséquences médicales (diabète sucré, arthrose, problèmes cardiaques, respiratoires…). En effet, le surpoids n’a malheureusement pas que des conséquences esthétiques.

Une étude australienne * a même mis en évidence une association significative entre l'indice de condition corporelle et le temps de survie chez des chats. Un indice élevé, c’est-à-dire un chat en surpoids, est associé à des durées de vie plus courtes. Et ce constat est indéniablement transposable au chien.

Déséquilibre nutritionnel

Cette prise de poids résulte d’un déséquilibre de la balance entre apports caloriques alimentaires et besoins énergétiques réels, définis principalement par l'activité physique mais aussi par la race et la stérilisation.

Le problème est plus complexe qu’il n’y paraît avec des facteurs favorisants multiples, y compris une maladie sous-jacente d’où l’importance d’une prise en charge vétérinaire initiale du problème. La gestion du surpoids passe par une révision des apports alimentaires et un encouragement de la dépense physique.

Revoir les apports alimentaires, choisir des aliments "light" spécialement formulés pour les animaux sujets au surpoids et contrôler les « extras » sont les mots d’ordre de la gestion nutritionnelle.

Si on ne change pas d’aliment, il est conseillé de réduire les apports alimentaires d’environ 10 à 15 % en bannissant les régimes draconiens contre productifs et en s’assurant que les besoins nutritionnels sont couverts.

Peser les aliments
  • Il importe de respecter les recommandations indiquées, en les adaptant éventuellement sur les conseils de son vétérinaire, et pour cela peser la nourriture est une bonne option car se fier à son « coup d’œil » est source d’erreurs.
  • Une autre option est de choisir un aliment "light" moins riche en énergie et en graisse, spécialement formulé pour les animaux en surpoids.
  • Autre conseil à suivre, les friandises devront être données avec parcimonie tout en choisissant les plus adaptées (moins grasse, moins sucrées). Si c’est le cas, décomptées les lamelles de l’apport journalier global avec une révision de la ration en conséquence.
  • Il est possible de tromper la faim des animaux gloutons en complétant leur ration avec des aliments très peu caloriques mais qui donnent rapidement une sensation de satiété comme des courgettes cuites à l’eau ou du fromage blanc à 0 % de matières grasses si l’animal le supporte.

Rectifier une prise de poids peut prendre plusieurs mois et les efforts doivent ensuite être poursuivis sous peine d’effet rebond inévitable.

* Journal of Feline Medicine and Surgery, vol. 20, 3: pp. 263-268. , First Published February 26, 2018.

Voter: 5 4 3 2 1

CROQUETTES POUR CHIENS ET CHATS en surpoids

Chat surpoids

En savoir plus

Regime chien en surpoids

En savoir plus