Virbac France

Maladies

Score 5 (1 Votes)

Douleur chez le cheval : comment éviter que votre cheval souffre ?

Détecter la douleur

L’espèce équine possède un système d’expression de la douleur particulièrement frustre. Ce caractère permet de ne pas se surexposer aux prédateurs en révélant un éventuel état de faiblesse.

Cette caractéristique est même poussée à l’extrême dans l’espèce asine où l’on évoquera même une véritable résilience (stoïcisme), avec une douleur muette dans son expression. Si ces éléments sont utiles à l’espèce pour garantir sa survie dans la nature, ils peuvent représenter une réelle difficulté pour les cavaliers,  propriétaires et tout intervenant du milieu équin, pour qui il est primordial de détecter au plus tôt toute dégradation de l’état de leur cheval

Parmi ces signes d’alerte, on veillera à relever avec soin, tout changement de comportement d’un animal donné (rejet des interactions avec l’homme ou ses congénères, tri dans la ration…), toute modification du faciès (regard fixe, naseaux dilatés, oreilles couchées…), tout phénomène de couchage/roulade prolongées. Une simple modification du port/des mouvements de queue peut être la signature d’un phénomène douloureux en développement, de la même façon que de simples bâillements, peuvent être le signe avant-coureur du développement d’ulcères gastriques.

douleur_cheval_2.jpg

En cas de doute, il faudra poursuivre son examen par l’évaluation de paramètres physiques quantifiables révélateurs de certaines modifications végétatives imputables à la présence de douleur : fréquence cardiaque modifiée, sudation, tachypnée (respiration accélérée et superficielle), modification de la prise alimentaire…

Des conséquences importantes

Si dans un premier temps, la douleur est un formidable signal d’alerte, permettant à l'organisme de réagir de manière adéquate à une agression (physique, chimique ou infectieuse). Il ne faut pas pour autant la laisser perdurer de manière excessive au risque de devenir un élément aggravant du dommage originel. En plus de l’altération évidente des résultats sportifs de l’animal, les conséquences d’une douleur non-gérée peuvent être multiples :

·        infectieuses : l’augmentation du cortisol (hormone) circulant associée au stress de manière prolongée peut entrainer une baisse d’efficacité du système immunitaire et donc faciliter l’apparition de pathologies

·        gastro-intestinales : l’anorexie et/ou toute modification de la prise d’eau peut entraîner un iléus, des ulcérations et donc l’apparition de coliques

·        métaboliques : la hausse du catabolisme (dégradation) protéique associée à un dysfonctionnement gastro-intestinal et une anorexie plus ou moins importante, vont entrainer de manière inéluctable un retard de cicatrisation

·        cardiovasculaires : le maintien d’une fréquence cardiaque anormalement élevée, associée à une vasoconstriction (réduction du diamètre des vaisseaux sanguins), peuvent aboutir à l’aggravation des anomalies cardiaques et à de l’hypertension artérielle

·        respiratoires : la présence d’une fréquence respiratoire élevée associée à des mouvements respiratoires réduits en amplitude, peuvent conduire au développement de pathologies pulmonaires par rétention des sécrétions et hypoxémie (diminution de l’oxygène transporté par le sang)

Afin de limiter ces risques, il convient donc d’adopter au plus tôt une stratégie adéquate de gestion de la douleur.

Une prise en charge multimodale

Après l’évaluation complète par un vétérinaire de l’état de l’animal, il sera alors opportun de mettre en place la stratégie adaptée au niveau de douleur identifié. La première des solutions et la plus efficace étant dans un premier temps de supprimer (lorsque cela est possible) purement et simplement l’origine de la douleur : aménagement du box, mise au repos, modification de la sellerie ou de l’enrênement…

douleur_cheval_3.jpg

En termes de gestion médicamenteuse, il sera fréquent de faire appel à des agents anti-inflammatoires qu’ils soient stéroïdiens, on parle alors de glucocorticoïdes (GC), ou non stéroïdiens, on parle alors de la famille des AINS. L’utilisation de l’une ou l’autre des molécules de ces deux familles devra s’effectuer en fonction des propriétés attendues, car si toutes sont analgésiques, certaines seulement sont anti-thrombotiques, antipyrétiques… De plus, il ne faut pas négliger le temps d’élimination de ces molécules lorsque ces dernières sont prescrites à des animaux sportifs, il est possible pour certaines d’être retrouvées lors d’analyses plusieurs mois après administration. Il n’est en tout cas jamais anodin de choisir l’une ou l’autre d’entre-elles et il est à proscrire de conseiller à un tiers l’usage d’un produit qui vous a été personnellement prescrit pour votre animal.

Etre attentif à la douleur de vos équidés est essentiel, adopter la solution adaptée également : demandez toujours conseil à votre professionnel de santé, car soulager ne suffit pas, sans diagnostic vous risquez de faire le lit d’une pathologie beaucoup plus grave que le signal original.

Voter: 5 4 3 2 1