Virbac France

Santé et bien-être

Score 0 (0 Votes)

Stérilisation du chien mâle : tenir compte de son mode de vie

Même si la stérilisation des chiens mâles est devenue une pratique courante, une opération dite "de convenance", cette décision doit être réfléchie et justifiée car la stérilisation n'a pas que des avantages ! L'environnement et le mode de vie du chien font partie des critères à prendre en compte...

La stérilisation chirurgicale étant forcément définitive, il est nécessaire de discuter avec le vétérinaire des avantages et des inconvénients de l'opération avant de la réaliser. En fonction de chaque cas de figure, d'autres solutions peuvent en effet être testées.

Le cadre de vie

Lorsqu’un chien vit dans une maison à la campagne et qu’il a tendance à fuguer pour aller rejoindre une chienne en chaleurs, son comportement peut devenir source de conflits avec le voisinage (notamment avec les propriétaires de chiennes !). La question du contrôle de la reproduction est alors importante et la stérilisation sera logiquement envisagée. Sachez cependant que cette opération n’empêchera a priori pas un chien de chasse de fuguer pour aller débusquer des lapins !

La présence d’autres chiens dans l’environnement

Si des chiens de sexe différents sont amenés à vivre ensemble, il est impératif d’éviter les accouplements et les portées de chiots non désirés. La castration d’un chien étant une opération moins invasive que l’ovariectomie d’une chienne, il peut être plus facile de stériliser le mâle que la femelle. 

Si le chien a tendance à être agressif envers ses congénères mâles, la stérilisation améliore la situation dans environ 60 % des cas (mais pas 100 % !) 1. Dans certains cas, c'est l'effet inverse qui peut se produire avec une hausse de l’agressivité du chien mâle après castration. Chaque cas est donc à évaluer en amont, avec le vétérinaire, qui pourra recommander la solution la mieux adaptée. En revanche, la stérilisation pourrait aggraver son côté peureux. 

L’activité du chien

La stérilisation a parfois des effets indésirables sur la santé du chien : elle favorise la prise de poids et, quand elle est pratiquée très tôt dans la vie du chien, elle peut augmenter le risque d’apparitions de certaines maladies, comme les affections ostéo-articulaires chez certaines grandes races. Il est donc nécessaire d’en discuter préalablement avec votre vétérinaire et d’évaluer si la stérilisation est indiquée pour votre chien et, le cas échéant, à partir de quel âge elle peut être réalisée… De plus, lorsqu’il s’agit de chien de haute valeur, il peut être intéressant de les garder « entiers » afin qu’ils puissent transmettre leurs qualités à leur descendance.

Les solutions alternatives à la stérilisation

Au moment de la puberté du chien, des cours d’éducation peuvent aider à l’acquisition de certains apprentissages (au rappel par exemple). Le maître peut lui apprendre à mieux canaliser son chien et à bien réagir dans les situations conflictuelles.

Pour empêcher un chien de sortir du territoire qui lui est assigné, il existe des dispositifs anti-fugues.

Enfin, pour valider l’efficacité potentielle de la stérilisation, il est possible de tester l’effet d’une contraception médicale avant de faire opérer le chien. Cette méthode temporaire permet en effet d’obtenir les mêmes effets sur le comportement du chien2, mais de manière réversible. 

Effet « flare up »

La discussion avec le vétérinaire reste clé. Peu importe la motivation initiale du propriétaire, il sera primordial de discuter de ses besoins mais aussi du mode de vie du chien avec le vétérinaire avant de décider d’une stérilisation ou d’autres solutions. 

Le mode de vie de l’animal, comme la race, la taille ou le caractère du chien sont des critères clés, qui doivent être discutés en toute transparence afin que le traitement soit le mieux adapté à chaque cas. 

1. Maarschalkerweerd RJ, Endenburg N, Kirpensteijn J, Knol BW. Influence of orchiectomy  on canine behaviour. Vet Rec. 1997 Jun 14;140(24):617-9.
2. Goericke-Pesch, S. (2017), Long-term effects of GnRH agonists on fertility and behaviour. Reprod Dom Anim, 52: 336-347. https://doi.org/10.1111/rda.12898