Virbac France

Du loup au chien, des études révèlent des similitudes

2018/07/03

Le chien serait-il un loup qui s'ignore ? Tamaskan, Husky sibérien, Esquimau canadien, Utonagan ou encore Berger allemand, de nombreuses races de chiens affichent en effet une ressemblance physique frappante avec le loup. Sans parler du chien-loup américain (Wolfdog), le chien-loup tchécoslovaque et le chien-loup de Saarlos, tous issus de croisements entre le loup et le chien. Des études ont révélé que la similitude génétique entre chien et loup pouvait atteindre jusqu’à 99,9%*.

Et aujourd’hui, la plupart des chercheurs s’accordent à dire que le loup est l’ancêtre de toute la population canine actuelle, du Chihuahua au Saint-Bernard, même si les apparences sont trompeuses : le Chow-Chow ou le Shar-Peï sont, par exemple, génétiquement plus proches du loup que le doberman !

Chien et loup ont donc naturellement des points communs. Les loups sont des chasseurs qui poursuivent leurs proies sur de longues distances, de préférence en meute. Carnivores aux mâchoires puissantes, ils se nourrissent d'oiseaux, de lapins, de petits rongeurs, de moutons, de cerfs ou de sangliers. Ils enterrent les os, dont la moelle est riche en nutriments, afin de mettre des réserves de nourriture de coté.

Les espèces ont divergé il y a plus de 15 000 ans et des différences physiologiques et de comportement sont apparues au fil du processus de domestication. L'hypothèse la plus courante est que les hommes ont commencé par apprivoiser des loups pour les utiliser à la chasse et comme animal de protection. L’apparition des chiens serait le fruit d’une sélection progressive favorisant les animaux les plus dociles.

Devenu gardien de troupeaux puis compagnon, le chien a intégré dans son alimentation une partie des caractéristiques du régime omnivore des humains. Il est désormais capable de digérer d’autres aliments que la viande, que constituait les proies chassées. Mais comme son ancêtre le loup, le chien reste un carnivore qui tire avant tout de l’énergie des protéines et des lipides d’origine animale.

En savoir plus sur les carnivores 

* Source : Jean-Denis Vigne, archéozoologue (chercheur, paléontologue) au CNRS et au Muséum national d'histoire naturelle (MNHN).